Quels sont les 4 grands types de garantie ?

• Garantie de paiement : couvre le risque de non-paiement de vos transactions commerciales quel que soit le fait générateur (défaut de paiement, insolvabilité, rupture abusive de contrat, décision politique, etc).

• Garantie supply chain : couvre les opérations en France ou à l'export contre les risques découlant d’une éventuelle résiliation définitive de contrat en cas d’interruption du marché, d’une perte pécuniaire suite au non-paiement, du non-transfert des créances ou encore d’un appel abusif de cautions.

• Garantie des investissements : couvre les pertes sur vos actifs à l’étranger par des décisions politiques (embargo, boycott, retrait de licence, inconvertibilité/non-transfert de devises, confiscation, expropriation, nationalisation, dépossession, discrimination sélective, etc.), des décisions arbitraires d’une entité publique (non-respect des obligations contractuelles, sentence arbitrale, rupture abusive de contrat, etc.) et de certains dommages physiques (émeutes, mouvements populaires, révolution, changement de pouvoir ou de gouvernement, guerre civile ou étrangère, etc.).

• Garantie de financements : destinée aux banques et aux établissements financiers qui risquent de subir des pertes financières à la suite d’évènements ou de décisions politiques ou de défaillance des débiteurs privés dans le cadre des préfinancements, crédits financiers, confirmation de lettres de crédit, rachat de créances, financements de projet, etc.

Quel est le rôle de Diot Crédit ?

Chaque contrat ou transaction étant particulier, une démarche de sur mesure est nécessaire afin d'être certain de couvrir tous les risques et de coller à la documentation contractuelle de l'opération.

Étude :
• Analyse de l'opération, et des contrats,
• Analyse des risques : débiteurs, pays, politiques...
• Recommandations.

Négociation et de mises en place des polices :
• Appel d'offres auprès du marché Français, Londonien ou dans le pays de l'opération,
• Négociation des termes et conditions de la police et syndication des risques si nécessaire,
• Rédaction des polices,
• Mise en place des accords de coopération entre assureurs.

Durant la durée de la police :
• Suivi régulier de l’évolution du risque et information des assureurs,
• Actualisation des polices ou prolongation de couverture,
• Veille et information sur l'évolution du marché et des risques,
• En cas de menace de sinistre : organisation et gestion de la communication entre l'assuré et l'assureur d’une part et entre assureurs d’autre part en cas de syndication,
• En cas de sinistre : gestion du processus d’indemnisation et du respect des délais.